Dehors les chiens, les infidèles

Stop ! Ça suffit. Littérairement parlant, je dois changer de disque quelques instants. La SF c’est bien, mais il s’agit de ne pas rater la navette quand elle nous invite à retourner sur Terre. Prochaine lecture : Gonzo Highway, de Hunter S. Thompson, radical et salutaire changement d’univers et de style.

Cela dit, je triche un peu. Après L’Oreille Interne, je me suis plongé dans un roman de fantasy. J’ai plusieurs fois essayé d’en écrire quelque-chose mais je m’en suis révélé incapable, ce qui me contrarie quelque peu. J’ai bien tenté de faire de l’humour : comme quoi la fantasy c’était grosso modo de la SF sauf qu’on remplace le vaisseau spatial par un cheval et le téléporteur par un magicien, mais c’est quand même un peu lourd (et vaguement caricatural). Pourtant, j’ai bien aimé ce livre, Dehors, les chiens, les infidèles (c’est son titre, n’y voyez rien de subliminal), tout comme j’apprécie son auteur, Maïa Mazaurette, dont je suis les forfaits sur internet depuis quelques temps déjà.

Un mot quand même sur ce roman (le troisième de l’auteur) : centré sur un petit groupe de personnages centrés sur le même objectif mais pourtant très différents les uns des autres, il nous emmène dans un moyen-âge « alternatif » où les « forces des ténèbres » auraient vaincu « la lumière », c’est-à-dire la chrétienté. Du coup, paf, malédiction : nuit perpétuelle sur le monde, ce qui nous ramène à nos personnages, en réalité des guerriers choisis par les dirigeants chrétiens pour retrouver une arme légendaire qui ramènera la lumière. Ça a l’air très manichéen comme ça (et d’une certaine manière ça l’est), mais tout l’intérêt de l’intrigue réside en fait dans les doutes, certitudes et interactions des personnages. C’est un roman fantasy (genre que j’affectionne beaucoup moins que la SF) qui m’a réellement plu, qui ne s’embarrasse pas de longues descriptions fastidieuses de paysages grandiloquents ni de noms vikings à rallonge (pour rester dans la caricature de mauvaise foi).

Ce que j’aurais probablement dû éviter de faire, c’est enchaîner avec un roman SF basé sur le même thème. Mais finalement, j’en parlerai une autre fois.

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Publié dans Bouquins | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *