Primal Scream (et des chips).

J’suis en retard ! Je m’étais promis d’écrire au moins une petite review de la prestation de Primal Scream aux Lokerse Feesten et puis voilà, ça fait déjà quatre jours et rien (si ce n’est quelques lignes vite balancées à la poubelle). Remédions-y.

Primal Scream présentait là son album phare sorti en 1992, j’ai nommé Screamadelica. Le groupe n’ayant jamais vraiment été has been depuis lors (mais s’étant montré assez inégal au niveau de ses productions suivantes), je dirais que, plutôt qu’un moyen de faire de l’argent facile, il s’agit là d’une belle manière de faire revivre un si bel album. Toujours est-il que j’aime beaucoup Primal Scream et qu’il fut une époque où je les ai écoutés jusqu’à l’overdose (je m’en suis remis), sans jamais avoir l’occasion d’aller les voir en concert. Et les voilà qui débarquent aux Lokerse Feesten. Pour la modique somme de 25 euros, ceux qui le souhaitaient pouvaient aussi aller voir Das Pop, Kelis ou Goose, ce dont je me suis allègrement passé (snob, moi ?).

Face à un groupe dont j’attendais tellement, le résultat ne pouvait qu’être extrême : j’aurais soit été très déçu, soit j’aurais grave kiffé. Et bien mes amis, c’était le pied ! Précisons que Bobby Gillepsie et sa bande n’ont pas joués l’intégralité de Screamadelica comme je m’y attendais, ce que j’attribue aux contraintes dues au format festival (sans certitude cependant, je devrais vérifier leur setlist de salle). En fait, ils ne l’ont pas vraiment joué dans l’ordre non plus mais je crois que je m’en fiche un peu, ce que je sais c’est qu’ils ont carrément assurés malgré une foule pas vraiment des grands jours (ce dont je ne vais pas me plaindre, c’est toujours mieux que d’être compressé comme à Werchter).

Comme final, le groupe s’est fait plaisir et a balancé trois hits non issus de Screamadelica mais incontestablement efficaces, sur lesquels j’ai fait beaucoup de bonds. Et puis Bobby et ses potes s’en sont allés. Ce n’était probablement pas le concert de leur vie, mais moi ça m’a comblé. Un dernier mot sur les Lokerse Feesten : je n’y suis pas resté longtemps mais j’ai beaucoup apprécié le côté « taille humaine » (et prix humain) de l’endroit, contrastant sacrément avec les têtes d’affiche que le festival accueille chaque année.

Ici, la setlist du concert.

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Ce contenu a été publié dans Carnet de vieilleries, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Primal Scream (et des chips).

  1. Jean dit :

    Merci pour les chips !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *