Un peu plus à l’est

Il semble qu’en Belgique la période du blocus commence. Cette année, je ne me sens que moyennement concerné. Evidemment j’ai quelques examens et des travaux à rendre, mais globalement ça reste bien plus relâché. Enfin quand même, le simple fait que je sois chez moi ce soir alors que je peux dormir demain matin est un signe : le temps est au travail, au moins un petit peu.

Ca ne m’a pas empêché de partir à Budapest le week-end dernier, cela dit. Bon, disons le tout net, ce trip ne figurera pas forcément au firmament de mes bons souvenirs, mais je conserve quand même quelques bons moments en mémoire. En avant pour un petit résumé. Choix du transport : le bus. 8h de route entre Prague et Budapest, ça avait l’art de m’effrayer mais finalement je suis loin d’en être sorti traumatisé. Après tout, passer 8h d’affilée assis à rien faire, je pense avoir déjà prouvé que j’en étais capable. Et puis c’est avec un certain plaisir que j’ai découvert que, au moins sur certains segments du trajet, le Wifi serait disponible (j’étais bien content d’avoir emporté mon petit netbook du coup). Bref, une fois arrivé (après trois films et quelques épisodes de Friends) nous avons logé dans une sympathique auberge nommée « Caterina »* située à peu près dans le centre et en tout cas proche d’une station de tram et de métro.

Le genre de statue qu'il n'est pas rare de croiser à Budapest, j'apprécie particulièrement le laptop

Vendredi matin, pendant notre première visite de la ville en mode « aléatoire », nous avons vécu un moment un peu étrange quand toutes les alarmes de la ville semblent s’être mises en marche en même temps, à se demander si la Slovaquie n’avait pas finalement décidé que, bon, ils allaient quand même mettre une petite raclée aux hongrois après tout. Ce sentiment était d’ailleurs conforté par une présence absolument massive de policiers, sans déconner j’ai jamais vu ça. La réponse à nos interrogations est arrivée un peu plus tard en même temps qu’un concert de klaxons : une manifestation automobile est passée juste à côté du petit parc où nous avions décidé de goûter quelques bières locales (à 100m d’un rassemblement géant de voitures de polices), renseignement pris il semble que le motif de mécontentement soit le même qu’ailleurs (salaires, âge de la retraite, etc). Le concept de manif automobile m’a quand même surpris. Le soir, c’est de loin que j’ai assisté à ce qui semblait être a priori une jolie marche à la torche, mais qui s’est avéré être la suite de la manif, à pieds cette fois.

Sur le château, situé côté Buda. Plutôt sympa comme panorama.

Jouons à un petit jeu de comparaisons (en gardant en tête que je n’y suis resté que trois jours). De loin, Prague et Budapest semblent similaires : un fleuve en plein milieu séparant Buda et Pest, un château médiéval très joli et touristique du côté de Buda (j’y ai été et c’est vrai, c’est très joli et touristique) bien visible du côté de la rive « de la vraie vie » (c’est à dire Pest), des églises impressionnantes, des bâtiments excentriques (je pointe notamment l’ENORME parlement, dans lequel je ne suis malheureusement pas rentré mais qui de l’extérieur fait vraiment impérial, ce qui n’a rien d’étonnant vu que c’est précisément celui qui était utilisé à l’époque de l’empire Austro-Hongrois). Cependant, si on s’approche un peu, si on gratte, il ne faut pas rester bien longtemps pour remarquer des différences. Cette impression de « délabré » par exemple. Là où le centre de Prague semble tout à fait rénové et prêt à accueillir ses hordes de touristes, il n’est pas rare de rencontrer à Budapest un bâtiment dont on se demande s’il ne va pas nous tomber sur la gueule. J’exagère à peine, certains bâtiments seraient vraiment magnifiques s’ils n’étaient pas dans un si mauvais état. Autre constatation : soit on a eu du bol (ce qui est possible), soit les gens y sont globalement plus sympas qu’à Prague. Je veux dire qu’il semble qu’un serveur sympa et souriant n’y soit pas une exception.

Il y a une absurdité sur cette photo.

Comme Prague, Budapest semble aussi avoir un sacré potentiel en matière de bars sympas. Pas eu le temps d’en faire beaucoup malheureusement, mais j’ai passé deux fins de soirées au Szimpla. Le Szimpla, il t’agresse un peu au début vu que la musique (plutôt bonne) y hurle à l’entrée, mais ensuite il suffit de s’enfoncer un peu et on y découvre un tas de pièces les plus excentriques les unes que les autres, certaines donnant sur l’extérieur ou d’autres bien plus petites où on peut parler à l’aise en petit groupe. L’ambiance m’a rappelé celle du Cross Club façon bar, peut-être en plus bordélique (curieux de voir à quoi il ressemblera dans dix ans). Voilà pourquoi j’y ai passé deux soirées au lieu de chercher à découvrir autre chose, l’endroit m’a tellement plu que je voulais y retourner pour découvrir d’autres pièces et simplement être sûr d’y passer un bon moment. Ah sinon, ils ont aussi un bar à bières spéciales belges. Oui, on s’y est arrêté (même que j’y ai pris une Kriek parce-qu’il faisait chaud et ensoleillé).

Vue sur Pest, et son (grand) parlement

Budapest a aussi une colline. Pas n’importe quelle colline : elle semble être tellement fameuse qu’elle est connue sous le nom de « la montagne ». A son sommet figure une grande statue (la « statue de la Liberté », ‘faut pas faire compliqué), et une citadelle. Mais surtout, la vue sur la ville y est exceptionnelle. Du beau temps, un pique-nique, quelques bières et un coucher de soleil : si ces ingrédients sont réunis, je vous assure qu’il y a très peu de chances d’être déçu. Pour y accéder ou en descendre, y’a le choix : le bus, ou emprunter un des petits chemins en terre à travers les bois.

Une des pièces du Szimpla (quand il y a un z après un s, ça veut dire qu'il faut prononcer "s", si pas il faut prononcer "ch")

A part ça, je me suis aussi rendu dans une espèce de parc (payant) où ils ont rassemblé les statues issues de la période communiste. Le seul problème, et j’aurais mieux fait de me renseigner avant, c’est que parc est situé à environ une heure du centre. Du coup, si ça peut en valoir la peine comme ça en passant, ça perd pas mal de son intérêt après une heure de transport en commun surchauffé, d’autant que voilà… c’est jamais que des statues façon réalisme communiste, sans trop d’explications pour marquer le contexte d’ailleurs, c’est rigolo un peu mais vite lassant (remarquez, l’endroit n’est pas bien grand). Bref, pour un séjour de trois jours, ça n’en vaut pas trop la peine.

Ce genre de statue. J'en envisage l'achat pour décorer mon futur kot.

Ah, autre différence avec Prague : j’y ai vu des chats (ils n’avaient pas l’air bien en forme par contre). A part ça, le tout premier métro que nous avons emprunté à notre arrivée m’a marqué : on aurait dit qu’il fonctionnait à la vapeur tellement il paraissait vieux. Je me suis demandé si c’était partout comme ça mais non, ils ont des trams et métro plus modernes, même si Prague reste définitivement devant en matière de transports en commun à mes yeux. D’ailleurs, les voitures y paraissent beaucoup plus présentes, et les avenues bien plus larges qu’à Prague, y flâner semble un peu plus difficile (je dis bien « semble », difficile de se faire une bonne idée en si peu de temps).

Bref, voilà quelques impressions fragmentaires tirées de mon expérience. Je pense y retourner un jour, je crois que je suis très loin d’en avoir exploité le potentiel et c’est une ville qui paraît avoir beaucoup à offrir. Oh et sinon, leur langue est effectivement totalement incompréhensible (n’empêche que j’ai eu mon petit moment de fierté quand j’ai dit « yo napot », bonjour, à la caissière et qu’elle m’a répondu la même chose sans remarquer que c’est la seule chose que je savais dire).

Et bien voilà, une fois de plus je crois avoir écrit suffisamment. On se quitte avec mmh, une vidéo qui illustre en deux minutes pourquoi je me sens bien ici. La prochaine fois, une chanson.

* Non, pas la même que dans la pizzeria en Allemagne (ceux qui sont visés se reconnaîtront)

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Ce contenu a été publié dans Carnet de vieilleries, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Un peu plus à l’est

  1. Tolga dit :

    Salut !

    Merci pour ce bout de paragraphe hilarant : « Budapest a aussi une colline. Pas n’importe quelle colline : elle semble être tellement fameuse qu’elle est connue sous le nom de « la montagne ». A son sommet figure une grande statue (la « statue de la Liberté », ‘faut pas faire compliqué) » It was epic comme dirait l’autre..

    Oui le blocus a pratiquement commencé chez nous…plus que 10h de politiques publiques en deux jours ^^

    Bon courage à toi cher ami et voici un remix de sadness is a blessing de Lykke Li.. http://themusicninja.net/newsongs/lykke-li-sadness-is-a-blessing-gold-panda-remix.mp3….tu remarqueras que je t’envoie ce son malgré l’abominable nom du remixeur…

  2. Maman dit :

    Wouaw, le Szimpla, j’adore! Exactement le genre d’endroit que j’aimerais fréquenter…Quand je serai pensionnée (ou virée), j’ouvrirai le même tout pareil à Tournai!
    Et pour Caterina,c’est pas beau de ranimer des souvenirs douloureux pour un membre de notre famille frustré à cause de la « belle » (çà se discute) Allemande…Pauvre Papy Julos (c’est son nom de code)…
    Continue à nous faire bien rigoler et rêver, bisous.

  3. Ping : L’empire contre-attaque | Nonivuniconnu truc.zéro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *