Let’s trip

Voyageons un peu. Mais d’abord, sachez qu’il y a un zoo à proximité de mon appartement. Un grand zoo, tellement grand qu’il va falloir que j’y retourne histoire d’apercevoir une girafe ou qu’une chauve-souris vienne s’écraser sur mon visage (il paraît que c’est une attraction locale). Enfin c’était rigolo, j’ai quand même vu des gorilles, des éléphants, des hippopotames inamicaux et des oiseaux sous coke. Mais bon, tout le monde sait ce qu’est un zoo donc je vais abréger cette étape.

Comment ? Je ne vous ai pas parlé de mon voyage à Madagascar ?

Tout le monde sait aussi ce qu’est un concert de pop, mais je m’en voudrais de ne pas toucher un mot du concert de Belle & Sebastian auquel je me suis rendu la semaine dernière, au Roxy Club (à la fois dans le centre de Prague et pas loin de chez moi, parfait en gros, juste le fleuve à traverser). Je ne connaissais ce groupe que de (bonne) réputation, et je me suis dit que ce serait intéressant d’aller les découvrir en live, façon festival. Et bien mes aïeux, quelle claque ! C’est le genre de groupe qui te balance bombe sur bombe avec le sourire et en balançant deux ou trois vannes au passage (envers Oasis, notamment). Ce qui m’a fasciné, c’est que chaque morceau m’a emporté comme si je le connaissais depuis toujours ; et quand je dis chaque morceau je n’exagère pas, je ne me suis pas ennuyé une seule fois. C’était leur première venue à Prague (tout comme c’était leur première venue à Vienne deux jours avant, sauf que ça y coûtait 10€ de plus) et je crois que tout le monde en sera reparti heureux.

Bienvenue à Olomouc, voici une impressionnante colonne

Mais passons au gros morceau du jour : le city-trip de Pâques. Prague est généralement considéré comme invivable le week-end de Pâques, vu l’afflux conséquent de touristes. Solution pour éviter ça ? Partir à l’autre bout du pays. Samedi matin donc (pas trop tôt quand même), direction la gare et embarquement pour deux heures et demie de train dans la verdoyante campagne tchèque, direction la Moravie, à l’est de la République Tchèque. Là-bas se trouve une petite ville dont les guides touristiques parlent peu mais qui mériterait une meilleure couverture : Olomouc.

Une horloge astronomique vue sous l'angle communiste

A l’arrivée, il s’agissait tout d’abord de trouver une auberge où dormir la nuit. Pas de bol, malgré une ville apparemment totalement déserte, tout était full ou en tout cas suffisamment pour ne pas pouvoir nous accueillir, du moins dans le centre-ville. Je garde notamment un bon souvenir de « l’auberge qui n’existe pas » : elle est indiquée sur la carte, il y a une pancarte au mur, mais strictement rien au-delà du mur. Je n’exagère pas : une église, une cour, et rien. Après avoir parcouru l’endroit plusieurs fois (genre ça allait apparaître par magie comme le manoir des Black dans Harry Potter), il a bien fallu nous résigner à chercher autre chose un peu en dehors de la ville. Finalement, nous avons atterri dans une petite pension sympa (de mémoire, Garnet Penzion), à quelques minutes en bus. Le temps de déposer nos affaires et de boire une bière spéciale écossaise trouvée au fond du sac du Prince du Danemark (le genre de bonne surprise qui tombe à point), retour en ville pour découvrir ce qu’elle a à nous réserver.

Un fragment de fontaine qui n'est pas sans m'évoquer Terry Pratchett

C’est une ville d’environ 100000 habitants mais qui n’en était pas moins quasi vide, à croire que tout le monde était parti à Prague pour le week-end (ou restait cloîtré chez lui de peur d’une quelconque maladie qui m’atteindra peut-être bientôt), et du coup tant mieux : la ville était pour nous. On y trouve des très jolies fontaines de style baroque (sept précisément), une colonne plutôt impressionnante sur la grand-place (Colonne de la Sainte Trinité), ainsi qu’une pittoresque horloge astronomique à la façon communiste (ses mosaïques datent des années 50, dans un style vachement réaliste-socialiste), plutôt rigolote à voir, une très belle cathédrale (Cathédrale Saint Venceslas) et diverses églises. On y trouve aussi deux brasseries.

Un lac peuplé de grenouilles très bruyantes

C’est dans la première des deux que nous avons mangé le premier soir. Surprise ! Des serveurs sympas, souriants et prompts à bavarder. Quand on est habitué à la jovialité toute relative des bars praguois, ça fait un choc. Bref, emporté par mon enthousiasme, j’ai commandé en toute confiance le « Brewery platter full of smoked goodies from our smoked box », ce que je traduirais personnellement par « VIANDE. Beaucoup. ». Je veux dire, c’était plutôt bon, mais juste quatre fois trop. Enfin bref, les autres repas semblaient bons et la bière maison plutôt sympa, je recommande donc l’endroit : Svatovaclavsky pivovar (à vos souhaits), que l’on peut traduire par « Brasserie Saint Venceslas ».

Des rues relativement peu peuplées

Un orage (le premier des trois du week-end) nous a ensuite cueilli et hop, dodo. Le lendemain matin, direction le centre-ville avec nos affaires pour louer une nuit dans une sympathique auberge visitée la veille : « The poets’ corner » (le coin des poètes). C’est une auberge tenue par deux australiens qui, selon leurs mots, sont arrivés à Olomouc il y a dix ans alors qu’ils voyageaient et n’ont pas réussi à en repartir depuis (pourquoi pas Prague ? parce-que « Prague is full of noisy australians, what is exactly I wanted to escape ». Le temps se montrant agréable, nous avons ensuite loués des vélos (à la même auberge, plutôt pratique) et hop, direction un lac environnant pour un pique-nique d’une heure ou deux. Et ensuite ? Orage ! Direction donc le château du coin, dans une course poursuite à vélo pour éviter la pluie. On a gagné (et heureusement, vu ce qui est tombé), et nous avons profité de l’averse pour visiter le musée du château, gratuit le jour de Pâques.

L'intérieur du "Poets'corner", vachement sympa

La journée s’est terminée dans la deuxième brasserie de la ville, que je recommande moins (bière pas top, gens pas super sympas, et bouffe pas exceptionnelle), puis dans un ou deux bars histoire d’avoir une idée des possibilités du coin. Comme c’était Pâques, un des bars produisait une espèce de bière bicolore verte et rouge, qui s’est avérée sans aucun intérêt. En tout cas, pour conclure à propos d’Olomouc, c’est une ville dans laquelle il vaut la peine de passer quelques jours.

Une photo de bière, pour changer

Le lendemain matin : lundi de Pâques, donc congé. Au lieu de rentrer directement à Prague, nous avons mis le cap vers le sud en direction d’un village réputé pour ses grottes, à deux heures d’Olomouc. Le voyage se déroulait ainsi : 2h de train d’Olomouc à une ville nommée Blansko, et de là un bus nous attendait pour rallier les grottes « Punkevni ». Une fois là-bas, nous nous sommes décidés pour une balade en forêt histoire de meubler les deux heures d’attentes avant la visite de la grotte, ainsi qu’un pique-nique accompagné du troisième orage du week-end. S’en est suivi la visite de la grotte (impressionnante), avec comme moment notable une balade en bateau dont le guide semblait balancer tout un tas de blague. Je dis « semblait » car tout était en tchèque donc c’était dur de vérifier, mais les autres visiteurs ont beaucoup ri.

Une photo de la grotte, histoire de.

Après ça : retour au bus. Tiens non, pas de bus. Ou si, mais à la même heure que le train vers lequel le bus devait précisément nous amener. Nous avons donc parcouru au pas de charge les 8km qui nous séparaient de la gare de Blansko, en une heure, histoire de bien clôturer une journée plutôt sportive (si après ça j’ai pas éliminé mon tas de viande du samedi, je ne comprends pas). Nous sommes finalement arrivés à Prague en milieu de soirée, à temps pour une sévère douche et un effondrement dans mon lit, duquel je suis sorti le lendemain vers 6h30 pour un retour à la dure réalité des cours.

C’est tout pour cette fois ! Na shledanou !

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Ce contenu a été publié dans Carnet de vieilleries, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Let’s trip

  1. Tolga dit :

    Qui aurait cru qu’il fallait se rendre jusqu’à Olomuc pour réaliser son fantasme Vanilla Sky..

    Nice to hear from you again mate !

  2. Alain dit :

    Faire boire de la bière verte et rouge à un bleu : OK. Mais, à toi ? ! ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *