Reprise des cours

Dobry den. Bienvenue à Prague, la température extérieure est actuellement de huit degré au dessous de zéro, autrement dit ça caille sévère.

Avant toute chose, je vais dédier cette note à mon grand-père qui s’en est allé ce lundi, je crois qu’il aurait apprécié ce que je vais y raconter car je vais aborder un nouveau sujet : celui des cours. Je sais que c’est domaine qui lui tenait à cœur, et je vais donc tenter d’être convaincant.

Je me suis donc levé vers 7h30 lundi matin (après la semaine qui a précédé, croyez bien que ce ne fut pas simple) pour me rendre à ma faculté, située à la station de métro de Jinonice. Manque de bol, sur les trois principaux bâtiments de l’unif (du moins ceux que je connais), c’est le plus éloigné, et c’est là qu’auront lieu la majorité de mes cours. Enfin c’est pas la mort non plus, c’est environ à une grosse demi-heure de chez moi, tram et métro compris. Cela dit, avant d’arriver à la station de tram, je dois passer une épreuve : celle du feu de signalisation diabolique, qui ne s’enclenche que 10 secondes toutes les 5 minutes environ, un vrai calvaire par ce temps polaire. C’est comme un jeu : d’abord tu gèles en attendant que le feu passe au vert, ensuite tu cours comme tu peux pour arriver au trottoir avant que ça repasse au rouge (je n’ai pas encore réussi).

Bref, arrivé bien en avance à Jinonice, je me suis patiemment installé dans la petite salle censée accueillir le cours de Russian Foreign Policy, lequel s’inscrit parfaitement bien dans mon sujet de mémoire (sur les relations entre la Russie et l’OTAN ces dix dernières années). Après une demi heure d’attente, j’ai eu l’idée d’éplucher la page web contenant toutes les informations sur le cours, pour découvrir (ainsi que la plupart des gens présents) caché quelque part que finalement non, ça ne commence que le 7 mars. Fail. Qu’à cela ne tienne, vers midi j’avais un autre cours, dans le centre cette fois : cours de langue tchèque. Oui, je me suis dit que c’était une bonne idée d’essayer d’intégrer quelques rudiments de la langue nationale, même si ce n’est que pour cinq mois (et pour me sentir un peu moins touriste). Ce qui est cool, c’est qu’on est très peu dans la salle : 7 ou 8 je dirais, ça permet de pouvoir parler et d’avancer plus vite. Premier devoir : conjuguer le verbe être, voilà qui me ramène bien des années en arrière.

Enfin, troisième cours de la journée, encore à un autre endroit (tout près du magnifique Théâtre National) : Central European, Balkan and Eurasian Diplomatic Seminar. Un cours qui ne me ramènera que trois crédits mais qui me semble très intéressant : des ambassadeurs de pays de la région concernée viendront chaque semaine faire une présentation et répondre à nos questions. Les étudiants, de leur côté, devront pondre un papier sur la politique étrangère du pays en question. Rendez-vous est pris le 7 mars avec l’ambassadeur d’Azerbaïdjan.

Mardi, levé cette fois vers 6h30 pour être à 8h à Jinonice. J’y arrive finalement largement à l’avance, mais heureusement car cela me permettra de réaliser que j’ai confondu le mardi et le jeudi sur mon horaire, et que je me suis levé pour rien. Enfin presque, j’aboutirai finalement dans un cours appelé Political System of East-European Countries Today, qui m’avait échappé et qui s’inscrirait parfaitement dans mon contrat d’étude. Je parle au conditionnel parce-que même si j’ai beaucoup apprécié le cours et le prof, je crains de ne pas pouvoir le suivre car il était déjà complet quand j’ai voulu m’y inscrire. Enfin bon, je produirai quand même l’effort surhumain mardi prochain de me lever à la même heure pour demander confirmation au prof.

J’aurais bien voulu aller jeter un œil au cours suivant, Theory and Practise of Security, mais je constaterai de la même manière que la veille que finalement non, ça commence la semaine prochaine. Du coup, j’ai passé le reste de la matinée à essayer de comprendre en quoi consistait mon devoir de tchèque pour le lendemain et à me balader dans la fac, jusqu’au cours suivant : Regionalism in Global Politics. Cette fois, c’est un prof plutôt excentrique avec un accent formidable qui s’est montré et nous a annoncé qu’il ne donnerait pas cours \o/ Bref, sur ma lancée, j’ai été ensuite voir un cours nommé Geopolitics of land, sea, air and space, qui m’a carrément convaincu. J’ai peut-être déjà eu de la géopolitique à l’UCL mais j’aime toujours autant ça, je crois bien que je vais le suivre. Après ça, j’ai décidé que ça suffisait pour aujourd’hui.

Mercredi, levé de nouveau de bonne heure pour le cours de tchèque. L’avantage c’est que je ne serai pas seul car j’ai fait connaissance avec un autre erasmus, un autrichien nommé Sebastian, qui suit le même genre d’études que moi, joue de la basse, habite à deux pas de chez moi, et est dans le même groupe de tchèque que moi. Après ça, direction un cours consacré à l’histoire balkanique (je n’avais pas vraiment planifié ça mais je n’avais grosso modo que ça à faire), qui pourrait être vraiment intéressant mais je ne pense finalement pas le prendre. Enfin, le cours suivant que j’ai été voir s’appelle Legal Framework of European Integration, dont le prof est vraiment motivant et compréhensible. Il a demandé aux étudiants présents (la plupart des cours sont assez peu peuplés, rien à voir avec les plusieurs dizaines d’élèves dans les auditoires de l’UCL) de quelles pays ils venaient, et évidemment ça n’a pas raté : quand j’ai répondu « Belgium », je me suis vu répondre « Oh ! Does it exist anymore ? ».

Et voilà. Déjà fini ? Mais oui, dans tous les cours qui m’intéressent ces trois premiers jours, j’ai largement de quoi atteindre le 28 crédits qu’il me faut pour boucler l’année, j’en ai même beaucoup trop car tous les cours comptent pour 6 crédits (excepté le séminaire du lundi après midi sur la diplomatie, qui en compte trois). Je suis donc en week-end. Oui je sais, on est jeudi. Du coup, hier soir, je me suis rendu à un concert avec Sebastian et Anni, une finlandaise rencontrée pour l’occasion. Il s’agissait du groupe américain Former Ghosts qui se produisait au Klub 007 Strahov, lequel se situe dans un dortoir pour étudiants (construit dans le plus pur style soviétique). Pour y accéder, nous avons pris le funiculaire qui permet d’admirer le château de Prague d’en haut, ainsi qu’une bonne partie de la vieille ville. Plutôt classe. Quant au groupe, que je ne connaissais pas mais qui semble jouir d’une certaine réputation, il m’a beaucoup plu dans son style un peu Joy Division. Le groupe tchèque qui les précédait, Tables, valait aussi la peine d’être vu.

Bref, c’est sur cette note musicale que je vous dis à bientôt. J’envoie mes encouragements tout spéciaux à ma famille en Belgique qui ne vit pas des moments très gais : sachez que je pense beaucoup à vous.

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Ce contenu a été publié dans Carnet de vieilleries, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Reprise des cours

  1. Clovis dit :

    Condoléance à ton grand père :/ et courage!

    Je vois que tu aimes les fails d’horaires, c’est limite touchant! Et je trouve le concept du cours (Ctrl+V) « Central European, Balkan and Eurasian Diplomatic Seminar » absolument puissant, ça doit faire plaisir des cours comme ça.

  2. Pauline dit :

    Le début d’un Erasmus pour les cours, c’est toujours très chaotique… Il faut un peu de temps pour trouver vraiment des cours qui te conviennent à des heures qui te conviennent, et pour t’y retrouver dans le système du pays où tu te trouves. Mais ça fait partie des joies de l’Erasmus :) Tout ça a l’air très intéressant en tout cas, j’espère que ça se confirmera (mais je n’en doute pas). Que tout aille bien dans cette superbe ville en tout cas et sache que nous aussi, on pense beaucoup à toi ici.

  3. Alain dit :

    Salut Arnaud,
    Cette après-midi, nous avons pris connaissance de ton texte pour les funérailles de papa. C’est top !
    Pour les -8° que tu détestes : Delphine avait choisi Barcelone…
    (Malgré le température : ) Passe du bon temps là-bas, profites-en et enmagazine un max. C’est une expérience UNIQUE … qui n’existait pas de mon temps, sinon j’aurais bien fait quelques études, rien que pour ça.

  4. bouchez dit :

    Effectivement, l’érasmus devient familial :-)
    Barcelone en hiver, jamais moins de 15 ° :-)) hahahaaaa

    Moi je ne l’ai pas lu ton texte, je le decouvrirai demain…
    Moi aussi je pense à toi d’ici, mon seul tout p’tit cousin ;-)
    bisous

  5. bouchez delphine dit :

    Effectivement, l’érasmus devient familial :-)
    Barcelone en hiver, jamais moins de 15 ° :-) hahahaaaa

    Moi je ne l’ai pas lu ton texte, je le decouvrirai demain…
    Moi aussi je pense à toi d’ici, mon seul tout p’tit cousin ;-)
    bisous

  6. Catherine dit :

    Merci Arnaud pour cette page très, très complète et très intéressante.
    L’avantage avec la température là-bas, c’est que, quand tu reviendras en Belgique, tu te croiras en Provence… Quoique… je pense que dès que le soleil se pointera ,il brillera de tous ses feux et que tu risques même d’avoit trop chaud.
    A mon avis, en priorité, il faut que tu t’entraînes intensivement aux 100m (rapport au passage piéton!). Il en va de ta survie, si j’ai bien compris…
    Nous pensons beaucoup à toi, tu le sais, demain tu seras avec nous, sache-le.
    Gros bisous Arnaud.

  7. Denis dit :

    Salut Arnaud,

    Désolé pour ton grand-père, j’ai vu dans le journal. Ça arrive dans des circonstances spéciales en ce qui te concerne.
    J’ai aussi cru lire que ta sœur s’était brillamment illustrée au concours de version latine. Donc si tu ne le sais pas encore, je te l’apprends.
    Plus je lis tes billets, plus je revis les expériences Erasmus que j’ai vécu par procuration au préalable. Et plus j’y pense, plus je me dis que j’ai raté un truc en ne le faisant pas.

    Tu me diras jusque quand tu restes, qu’on puisse organiser une petite excursion en Europe centrale.

    A+

  8. Tolga dit :

    Salut l’ami…

    Toutes mes condoléances à ton grand-père…

    Après pareille nouvelle, difficile de tenter d’écrire un commentaire digne du génie des alpages (histoire de te faire rire 2sec devant ton écran)…j’y tâcherai une autre fois :)

    Bonne continuation en Europe centrale!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *