« L’oiseau ! Tuez-le ! C’est un démon ! »

Portal 2 logo

Sur Portal 2, tout a probablement déjà été écrit. Sa drôlerie, l’inventivité de ses mécanismes ou encore sa narration étonnante sont globalement saluées. Revenir dessus avec plusieurs années de retard (trois ans et demi quand même) n’a donc pas beaucoup de sens. Pourtant, après l’avoir refait cette semaine, il me vient à l’esprit que je pourrais bien avoir envie d’en parler, moi aussi. Pour le plaisir.

Ce jeu, c’est d’abord des locaux à perte de vue. Tous vides, souvent immenses. Leur fonction ? Tester. Un laboratoire démesuré. Contrairement au Portal premier du nom, l’endroit périclite. Malgré son ancienneté pourtant, tout y fonctionne plutôt bien. A commencer par le maître des lieux, une intelligence artificielle presque omnisciente qui ne cesse de vous insulter mesquinement. GladOS, qu’elle s’appelle, et elle ne vous aime pas. Pire : elle se souvient de vous. Vous l’avez tuée, naguère, et elle ne vous le pardonnera pas de sitôt. Heureusement, cette fois, vous avez un allié : Wheatley. Il est un peu envahissant, un peu maladroit, mais son aide est précieuse et il est inoffensif. Quant à savoir qui vous êtes, c’est une autre histoire. A travers les portails que vous ouvrez un peu partout pour vous glisser un chemin dans ces lieux déshumanisés, vous arrivez parfois à vous apercevoir. Mais encore ? Ni identité, ni idée de ce que vous faites là. Seuls des messages pré-enregistrés vous suggèrent que la possibilité d’une voix humaine n’est pas sortie de votre imagination. Alors vous passez de test en test. Comme un rat.

Au fil de votre progression, vous prenez la mesure de l’énormité des lieux que vous tentez d’échapper. C’en serait presque grotesque. Cette espèce d’agglomérat de salles ressemble à une expérience qui aurait échappé à ses concepteurs. Qui a construit cette chose ? De vieilles inscriptions font remonter l’existence des plus anciens locaux aux années cinquante. Votre escapade vous a emmené dans les entrailles du monstre, là où tout semble avoir commencé. Pour éventuellement en voir un jour le bout, vous ouvrez des portails, activez des pompes, trimballez des cubes, bondissez et jouez avec la gravité à travers des salles immenses éclairées par dieu sait quelle source d’énergie. Et vous avancez inexorablement vers le monde extérieur. A condition qu’il reste un monde extérieur à contempler.

Le joueur, lui, se creuse la tête et rigole tant qu’il peut, tant cet endroit semble avoir complètement sombré dans la démence. Au rire succède la contemplation. Puis la réflexion. Puis le rire encore. Et puis le malaise lorsqu’un processus inexorable en vient à vous faire ressentir de la pitié pour d’horribles chimères robotiques. Elles ne sont que tôle et circuits imprimés, mais impossible de se départir de l’affreuse sensation qu’elles vous supplient d’achever leur abominable existence, fruit de l’esprit dégénéré d’une IA stupide et ivre de puissance. L’ironie de la situation vous oblige à les utiliser pour activer des mécanismes. Froidement. Votre survie en dépend, qu’importent leurs crissements suppliants. Vous ne pouvez même pas les aider, vous n’avez pas d’arme. Juste un générateur de portails, ô merveille technologique. Comment ne pas vous sentir un peu responsable ?

Portal 2 cube

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Ce contenu a été publié dans Films, séries et jeux-vidéo, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à « L’oiseau ! Tuez-le ! C’est un démon ! »

  1. lamuya-zimina dit :

    C’est un jeu que je pourrais me faire à l’occasion, Portal 2.

    J’avais joué au 1 (que j’avais eu gratuit sur Steam, c’est d’ailleurs la seule raison pour laquelle j’avais téléchargé Steam) et je l’avais trouvé bon… sans arriver à comprendre ce qui a fait le succès immense de ce jeu. Ce n’était quand même pas le tout premier jeu à implémenter un système de portails, si ? L’idée me paraît vieille comme le monde*. Mais peut-être que je me trompe.

    C’est peut-être la simplicité du jeu qui l’a rendu mémorable, je ne sais pas. Une idée simple mais excellente, un seul « vrai » personnage (GladOS) mais sacrément réussi/marquant… N’empêche, je garde l’impression d’un petit jeu sympa et intelligent, pas d’un « grand » jeu.

    * Je me rappelle notamment d’un livre de Terry Pratchett où des magiciens avaient trouvé un portail comme ça dans leur université magique, portail qu’ils avaient pris pour un trou sans fond et au-dessus duquel ils avaient tout naturellement installé des toilettes…

  2. Noni dit :

    Alors là, le Terry Pratchett dont tu parles me vend du rêve ! Tu te souviens du titre ?

    Concernant le premier Portal, c’est surtout son atmosphère (sachant que je n’avais jamais joué à un jeu Valve auparavant) et son humour qui m’avait marqués. Portal sans GladOS, ce ne serait pas vraiment pareil. Après, c’est effectivement un jeu qui se termine rapidement, mais d’un autre côté personne ne l’attendait vraiment vu qu’il faisait partie d’un pack. Ça a peut-être contribué au succès du jeu. D’ailleurs, moi aussi je l’ai eu gratuit sur Steam… et moi aussi c’est comme ça que je suis passé sur cette plate-forme. Je me demande combien nous sommes dans ce cas-là ^^

  3. lamuya-zimina dit :

    C’était un tome des Annales du Disque-Monde, mais alors lequel… J’en ai lu une vingtaine en tout je crois, il y a des années ! Dans mes souvenirs, ce sont les deux premiers que j’ai préférés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *