Spirou et les maladies expérimentales

Virus spirouIl y a trente ans exactement, la série Spirou et Fantasio amorce un virage crucial de son existence. Après trois albums décriés signés Nic et Cauvin, ce sont deux nouveaux auteurs encore peu connus, Tome et Janry, qui reprennent le flambeau avec Virus. L’expérience rencontre un certain succès car ils sortiront jusqu’en 1998 quatorze albums consacrés aux deux reporters et créeront même la série dérivée Le Petit Spirou.

Mais de quel genre de virus s’agit-il ? Du genre qu’on rencontre aux alentours d’un bateau en quarantaine, tel un Fantasio à la recherche du scoop tombant par hasard sur un personnage verdâtre à moitié mourant. Surprise ! Cette épave humaine, c’est John Héléna dit La Murène, truand notoire qui croisa naguère le fer avec Spirou et Fantasio. Peu menaçant, il affirme s’être échappé du bateau, et surtout être porteur d’une maladie contagieuse contractée dans une base en Antarctique suite à un grave accident. Appelé à la rescousse, Spirou conduit tout ce beau monde à Champignac où le comte, jamais à court d’idées, affirme avoir la possibilité de sauver les malades à condition d’organiser une expédition sur place. Voilà comment Spirou, Fantasio et leur ancien ennemi se retrouvent au pôle sud, non sans faire escale dans une base russe. Evidemment, tout cela serait serait trop facile si un mystérieux groupe armé n’avait pas intérêt à faire capoter la mission de sauvetage.

virus spirou 2

Dès les premières pages, le ton est donné. En effet, on est directement mis en présence d’une potentielle épidémie au beau milieu d’un port investi par l’armée, puis d’une base polaire isolée : une situation potentiellement pesante que les facéties de Fantasio et les commentaires de Spip viennent efficacement désamorcer (avec la participation d’un phoque enthousiaste). L’album marque aussi le retour de personnages secondaires que les malheureux Nic et Cauvin n’avaient pu utiliser : l’indispensable comte de Champignac, dont le rôle est ici majeur (au cas où cette couverture, probablement dessinée sous acide, ne vous en aurait pas convaincu), et une Murène bien moins mordante que précédemment.

En fait, tout ce qui fera le succès des albums de Tome et Janry est présent dans Virus : le dessin à la fois coloré, classique et expressif, l’humour qui peut surgir tant d’un coin de case que d’un dialogue, des personnages convaincants, une trame dense qui exploite chaque page à son maximum, et bien sûr des thèmes qui collent à l’époque (en 1984, le monde découvre à peine l’épidémie de sida) tout en conservant la naïveté propre à la série. Plus qu’un simple démarrage pour de nouveaux auteurs, ce trente-troisième album est surtout une vraie réussite et un nouveau départ pour la série… même si le meilleur est encore à venir.

virus spirou 1

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Ce contenu a été publié dans Bédés, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Spirou et les maladies expérimentales

  1. Gosco dit :

    Avec « Virus », Tome et Janry ont attaqué en force leur continuation de la série. Comme vous dites, tout y est pour en faire un excellent album. Il n’y a pas un instant de répit dans cette BD, tout est exploité dans les moindre détails. Une réussite indiscutable. Par la suite, il y aura quelques albums un peu inférieurs de Tome et Janry, mais comme vous le soulignez en conclusion, il y en aura aussi et surtout des spectaculaires, dans la veine de Virus, et même au-dessus.

  2. Maribeth dit :

    Szia Zsolto Háát elég különleges vas. Megnéztem a súgót…1, Adja meg az elsÅ‘ utca nevet2. Adja meg a második utca nevet3. Szükség esetén válassza ki a li¦³t¡bÃÃlâ€sJa, ha tudnám, akkor nem kellene lista.. Egy ismeretlen helyen, honnan tudjam mindkét utcát, ha meg tudom..Szóval, elég érdekesÉn beleírtam volna, hogy vegyen egy térképet, és ezek alapján adja meg a keresztezÅ‘dést

  3. http://www./ dit :

    Grade A stuff. I’m unquestionably in your debt.

  4. http://www./ dit :

    Thank you for all this great information. We'll be in Copenhagen in June with kids so it's great to know what a bike-friendly city it is. We're looking forward to sightseeing in bikes. It was amazing to see how bikes were such a part of Amsterdam's culture.

  5. Mince, il n’était pas prévu que le phasme retombe sur une échelle !Reprenons : Et si vous croyez que l’insecte va laisser passer ce vendredi sans dénoncer le patron de presse qui * une brillante journaliste-reporter, en toute impunité, vous vous enfoncez le majeur dans l’oeil jusqu’au coude…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *