Avec un peu de retard

J’avais dit que je ferais une petite note sur le festival de Dour. Comme ça fait environ deux mois et demi qu’il est passé et que plus personne n’en a rien à battre, j’estime que c’est le bon moment de le faire. A froid (c’est le cas de le dire), voici quels en furent les grands moments de mon point de vue.

Au firmament : Archie Bronson Outfit, qui a servi un des concerts les plus parfaits qu’il m’ait été donné de vivre. J’en garde toujours une impression d’irréel, impression renforcée par l’irruption de deux types à poil venus danser absurdement sur Chunk (qui est loin d’être mon morceau préféré d’ailleurs), avec la bénédiction amusée du groupe. Bref, du rock à l’état pur, joliment teinté d’électro à la mode de leur dernier album, un groupe pour moi quoi. Ensuite, un petit peu en dessous du firmament : Faith No More. J’ai été jusqu’à sacrifier Woven Hand, qui jouait juste avant, pour calmer un affreux mal de tête et ainsi voir cette incontestable tête d’affiche dans de bonnes conditions. Si j’avais une déception à formuler, ce serait que le son ne pétait pas autant que j’aurais pu le souhaiter, surtout étant donné que je n’étais pas placé très loin de la table de mixage. Mais bon, même ainsi, Faith No More reste un groupe d’une classe exceptionnelle et Mike Patton un showman hors de l’ordinaire. Je me dis qu’avec une connaissance moins fragmentaire de leur discographie, et en étant placé plus près de la scène, j’aurais vécu un moment réellement magique au lieu d’être simplement formidable.

Au rayon des autres grands moments du festival, je ne peux pas oublier Black Mountain, auteur d’un concert hypnotique franchement convaincant, et The Raveonettes, que j’ai trouvé complètement transformés par rapport à leur venue à Dour en 2008 (ne fut-ce que par leur attitude et par leur line-up élargi). De leur côté, The Subways, sans inventer la poudre, ont servi un rock efficace et sautillant qui fait du bien par où il passe, et le français de Chapelier Fou a superbement ouvert le festival à 14h devant une tente comble et motivée. Tout seul avec son violon et sa machine, sa musique est diablement jolie (même si je ne peux pas cacher avoir décroché une fois ou deux). Cela dit, les vieux de The Sonics, pionniers du rock garage dans les années 60, ont carrément montré qui étaient les patrons (je retiendrai que mon dernier morceau entendu du festival fut une version bien rock de Louie Louie).

En attendant, ma découverte du festival est incontestablement le projet hip hop français Wax Tailor : jamais entendu, immédiatement convaincu, je me passe régulièrement leur dernier album (In The Mood For Life, une pépite) depuis ce jour, sans m’en lasser. Je voudrais aussi parler de mes deux groupes siestes, très différents : Moon Duo, du pur psyché, parfait pour laisser son esprit dériver un après-midi comateux, et Mayer Hawthorne & The County, de la soul carrément idéale pour une sieste (bon, ça peut paraître méchant, mais en fait j’ai bien aimé, j’étais juste trop crevé et ça convenait parfaitement à un roupillon d’une heure). Enfin, je termine avec trois bons souvenirs : Peter Pan Speedrock, groupe de reprises rock bien efficace, Os Mutantes, la bizarrerie psyché légendaire venue du Brésil, étonnant mais marquant, et Les Blérots de R.A.V.E.L., qui ne m’ont pas autant plus que leurs cousins des Ogres de Barback lors d’une précédente édition, mais qui sont bien de la famille. Je ne parlerai pas des déceptions parce-que j’en ai déjà dit assez, mais je citerai simplement Little Dragon, qui ne m’a pas touché malgré un sacré potentiel (et une participation au dernier Gorillaz, quand même). Sinon, je regrette quand même un peu d’avoir manqué High Tone (apparemment c’était très bien) et d’avoir encore raté The Subs (ça devient une manie chez moi).

Voilà, c’est déjà tout. J’ai vu d’autres trucs plus récemment (à savoir Caravan Palace, Isobel Campbell & Mark Lanegan, Le Peuple de l’Herbe, et un passage au festival Jyva’Zik avec notamment, et surtout, Debout sur le Zinc), mais ça attendra un peu.

A part ça, je vais voir The Axl Rose’s Band Guns N’ Roses gratuitement à Anvers ce soir, et ça, ça roxxe du poney comme dirait l’autre. Quoiqu’en fait, je suis surtout très curieux de voir ce que ça va donner.

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Ce contenu a été publié dans Carnet de vieilleries, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *