Halley simple pour l’aventure

Lhorloger de la cometeLa BD dont je vais causer à présent aura trente ans l’an prochain et ça me laisse comme deux ronds de flan. L’horloger de la comète, 36ème album de Spirou et Fantasio, quatrième de la série conçu par Tome et Janry, est en effet sorti en 1985. Déjà, c’est plus vieux moi. Pourtant, je me demande si cet album serait très différent s’il était sorti l’an dernier tellement il semble avoir peu vieilli.

Bien sûr, difficile de prendre du recul quand, comme moi, on a lu et relu cet album des dizaines de fois depuis l’apprentissage de l’alphabet. Avec lui, la série amorce un virage vers la science-fiction : Spirou et Fantasio s’y retrouvent en effet flanqués du neveu du Comte de Champignac fraîchement débarqué du futur. Pour prouver la réussite de ce saut temporel inédit, ils filent vers la Palombie pour en ramener des espèces végétales disparues au siècle L'horloger de la comète 5suivant. Histoire de corser un peu l’entreprise, le trajet jusqu’à l’Amérique du Sud se passe (évidemment) mal et le trio se voit plongé au milieu de conquistadors portugais et d’indigènes aussi peu amènes les uns que les autres.

Tout ça en quelques pages. Les événements les plus saugrenus surviennent les uns après les autres à un rythme infernal sans laisser le moindre répit aux héros et au lecteur. Quant à l’idée première, celle de faire dépendre le voyage dans le temps du passage d’une comète, elle est non seulement très jolie mais elle a aussi un réel intérêt en termes de narration. Si on y ajoute une quantité terrifiante de jeux de mots idiots et une bestiole mauve productrice de bulles, je tiens là un de mes albums préférés de la série.

L'horloger de la comète 4

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Ce contenu a été publié dans Bédés, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Halley simple pour l’aventure

  1. Gosco dit :

    Le diptyque de Tome et Janry autour d’Aurélien de Champignac et le Snouffelaire (« L’horloger de la comète » et « Le réveil du Z ») est définitivement parmi mes préférés de toute la série. Le dessin de Janry est virtuose, il fourmille de détails graphiques, que je découvre encore après X lectures (des regards, des postures, des attitudes de Spip ou du Snouffelaire, les « têtes » de Fantasio, etc.). Le scénario est superbe, riche, sans une seconde d’ennui.
    Tome et Janry ont été selon moi de très grands continuateurs de la série. Je classerais leurs albums en 4 groupes :
    1- Les albums excellents, qui se rangent parmi les meilleurs de toute la série : La frousse aux trousses ; La vallée des bannis ; Virus ; L’horloger de la comète ; Le réveil du Z ; Spirou à New York ; Spirou à Moscou.
    2- Les bons et les très bons albums : Qui arrêtera Cyanure? ; Vito la déveine ; Aventure en Australie ; Luna fatale ; Le rayon noir.
    3- L’album gentil et anecdotique : La jeunesse de Spirou.
    4- L’OVNI : Machine qui rêve.

    Je me demande, Noni, quel album de la série vous mettriez en premier, au-dessus des autres, si vous le pouviez? (tous auteurs confondus)

    • Noni dit :

      L’horloger de la comète et Le réveil du Z font également partie de mes préférés, avec une préférence pour le premier je pense. Ce classement en quatre groupes est intéressant, mais où se trouve pour vous la distinction entre un excellent album et un bon ou très bon ? Enfin je dis ça mais dans les faits un Spirou à Moscou m’a bien davantage marqué qu’Aventure en Australie.

      Quant à choisir quel album de la série mettre au dessus de tous les autres, ce n’est pas facile vu les différences de style d’une époque à une autre… En fait je me demande si je ne placerais pas L’horloger de la comète, justement, vu qu’il réunit presque tout ce que j’aime dans Spirou. J’aime énormément certains Franquin, Z comme Zorglub ou Le prisonnier du Bouddha par exemple, mais je me sens quand même plus en phase avec les albums de Tome et Janry (simple question de génération, probablement). Et vous ?

      • Gosco dit :

        Eh oui, moi aussi j’adhère tout spécialement à Tome et Janry, ils me correspondent parfaitement. Je suis un admirateur du génie de Franquin, mais quand je relis la série, je file droit sur Tome et Janry…

        J’ai toujours considéré « QRN sur Bretzelburg » comme un pur chef d’oeuvre. Les Zorglub de l’ère Franquin sont aussi des perles. Je trouve que ce sont des merveilles. Mais à titre plus subjectif et personnel, je penche vers « La frousse aux trousses / La vallée des bannis » et « L’horloger de la comète ». Voilà donc pêle-mêle mon quinté de tête, de QRN à L’horloger.

        Pour mon message précédent : je pourrais encore subdiviser mes groupes en sous-groupes mais je voulais rester synthétique! Mon 1er groupe, des excellents, regroupe les albums que j’estime très complets à tous les points de vue de maîtrise, avec un scénario spécialement riche et subtil et idem pour le graphisme. Comme j’estime le graphisme assez constant chez Tome et Janry dans son excellence, la différence se joue pour moi sur le scénario et le traitement de l’histoire. Je passe un super moment avec « Vito la déveine » mais je trouve qu’on y a affaire à un scénario de transition à côté d’un « Spirou à Moscou ». C’est subjectif. Finalement, je regarde à quel point les albums m’ont marqué.

        • Noni dit :

          Ah oui, le diptyque « La frousse aux trousses / La vallée des bannis » est magistral. Parmi les albums de Franquin, j’aime évidemment énormément les Zorglub, mais Le prisonnier du Bouddha m’a fait très forte impression aussi. Quant à QRN sur Bretzelburg, je ne l’ai décidément pas lu assez, il faudrait vraiment que je me le procure. Il y a aussi l’album composé de Panade à Champignac et Bravo les Brothers qui est très particulier mais que j’aime bien, pour sa folie je pense (la présence de Gaston n’y est peut-être pas étrangère).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *