À la bonne heure

RCh49yPimF

Et maintenant, un petit mot sur la série britannique The Hour. Tuons d’emblée tout suspense : il s’agit d’une pépite, une vraie. Elle nous transporte à Londres au milieu des années cinquante, à la rencontre d’une bande de journalistes de la BBC. Pleins d’idéaux, ces derniers se sont mis en tête d’y créer une nouvelle émission d’information. Son nom : The Hour, évidemment.

The Hour 2Son principe est simple et noble : décrypter l’actualité en une heure et enquêter là où ça fait mal, quitte à ennuyer du beau monde. Freddie Lyon (joué par Ben Whishaw), Bel Rowley (Romola Garai) et Hector Madden (Dominic West) en sont les trois moteurs principaux. Le premier est un électron libre idéaliste, la seconde une productrice débutante mais ambitieuse, le troisième un prototype de présentateur belle-gueule qui a tout à prouver. On notera au passage que le casting n’est pas exactement composé d’inconnus, d’autant que le reste de l’équipe est loin de démériter.

The Hour, ce sont deux saisons de six épisodes. La première s’attaque d’abord aux débuts hésitants de l’émission, mais nous embarque très vite dans une intrigue impliquant espionnage, complot et politique. Par ailleurs, alors que la crise de Suez commence, le gouvernement britannique accepte mal qu’une émission du service public mette soudainement en doute la légitimité d’une guerre dans laquelle il embarque son pays. La situation, éminemment conflictuelle, donne lieu à un solide bras de fer et à des tentatives habiles de contourner l’inévitable censure. Pendant ce temps, les soviétiques foncent sur Budapest. Ah, le bon vieux temps… La seconde saison, quant à elle, s’attaque à d’autres sujets non moins intéressants tels que la corruption et le proxénétisme. Bonne ambiance.

The Hour 3

A l’avant plan : Hector Madden (Dominic West) et Freddie Lyon (Ben Whishaw)

Comme point de comparaison, la série américaine The Newsroom peut légitimement venir à l’esprit. Leurs formats diffèrent et elles ne prennent pas place à la même époque, mais leurs thèmes convergent. Sans me risquer à une comparaison trop poussée, je dirais que The Hour atteint tout simplement mieux son objectif. A presque tous les niveaux, elle est davantage réussie. Les relations entre personnages, par exemple, sont beaucoup moins exaspérantes du côté britannique alors que les points communs ne manquent pourtant pas.

A l’origine, The Hour était prévue pour être composée de trois saisons. Dure loi de l’audimat : il n’en sera rien, et c’est absolument écœurant. Cela ne retire pourtant rien aux deux premières. Non seulement il s’agit d’une série complexe, dense et bien rythmée, mais elle est en plus magnifique visuellement. Quant à la musique… Vous aimez le jazz ? Tout le monde aime le jazz. C’est tout simplement à voir. Puis à revoir.

The Hour 4

Lix Storm (Anna Chancellor), Isaac Wengrow (Joshua McGuire), Freddie Lyon (Ben Whishaw), Bel Rowley (Romola Garai) et Sissy Cooper (Lisa Greenwood)

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Ce contenu a été publié dans Films, séries et jeux-vidéo, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *