« Salut Toto ! »

Un roman plus léger, disais-je dans ma précédente note. Dont acte ! Martiens, go home ! est le titre du livre que j’ai dévoré le week-end dernier, un titre qui donne au moins une, sinon deux, informations sur la teneur de l’intrigue : de un, elle parle de martiens, de deux, ils ne sont pas les bienvenus. L’idée de départ est la suivante : et si les martiens étaient réellement petits et verts ? Et s’ils étaient, non pas belliqueux au sens qu’ils débarqueraient de l’espace armés jusqu’aux dents, mais juste intensément lourds et querelleurs ? En d’autres termes, s’ils se contentaient d’emmerder le monde en permanence avec délectation ?

Voilà la base. Evidemment, c’est rigolo, et le personnage principal, nommé Luke Dereveaux, n’est pas sans rappeler un certain Arthur Dent, héros de ma comédie galacto-romanesque préférée : H2G2, du vénéré Douglas Adams. Fredric Brown, auteur de présent bouquin et qui fut très prolifique en son temps pourrait avoir inspiré Adams, même si ce dernier ajoute à ses romans une dose d’humour anglais auquel je donne ma préférence (il m’a déjà fait rire aux larmes). A noter que Martiens, go home ! date de 1954 et que son auteur est mort en 1972. Je ne connais pas le reste de sa bibliographie, apparemment bourrée de romans et de nouvelles tant SF que policières, mais des titres comme Night of the Jabberwork ou What Mad Universe ne sont pas sans susciter ma curiosité, on est en plein dans la SF parodique et grotesque, ça me plaît.

Je me suis bien amusé en tout cas, mais peut-être pas autant que je m’y attendais, allez savoir pourquoi.

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Publié dans Bouquins | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *