Joyeuses Pâques !

Plusieurs informations à noter en ce début de mois de mai à Saint-Pétersbourg. Premièrement : c’est le printemps. Ou du moins, ça commence à se ressentir. Il fait beau (le ciel est souvent entièrement bleu), et la température se fait de plus en plus souvent agréable. Cela dit, ça dépend : en soirée, je ne dirais parfois pas non à une écharpe. Par ailleurs, les jours s’allongent, inéxorablement. Vers 23h, les lueurs du soleil sont encore perceptibles. Et ça ne fait que commencer : les nuits blanches approchent. Deuxièmement : je suis ici depuis quatre semaines et le tiers de mon séjour est à peu près atteint.

La Fontanka, un des bras de la Neva, non loin de chez moi.

La Fontanka, un des bras de la Neva, non loin de chez moi.

Si j’avais un bilan à tirer de ce premier mois, je le qualifierais de… contrasté. Pas de tout repos, en tout cas. Les problèmes organisationnels ont occupé une bonne partie de mon esprit, celui du logement en tête. Toutefois, j’ai finalement déménagé mercredi dernier, et je suis à présent installé quelque part dans le centre, près de la Neva. Le quartier est indéniablement plus sympa que celui de l’auberge, mais ce déménagement n’est pas sans paradoxe. Ce n’est vraiment qu’en quittant quelque chose qu’on réalise ce qu’on laisse derrière soi. C’est valable comme vérité générale mais aussi pour des questions aussi simples que : où acheter à manger ? C’est bête, mais l’auberge avait beau être dans un quartier moche et ne pas avoir de cuisine, elle n’en était pas moins située à proximité de deux supermarchés. Dans le centre, rien de tout ça : il faut faire avec des tous petits magasins, et se débrouiller avec ce qu’on y trouve. Cela dit, architecturalement, c’est beaucoup plus agréable. Au niveau de la modernité des lieux, il s’avère que l’auberge était bien plus proche de nos standards européens que mon nouveau chez-moi. C’est même… indéniable. Enfin, tant que l’endroit tient debout jusqu’à mon départ, ça me va.

Le parc de la Laure Alexandre Nevski (un monastère dédié à ce héros de l'Histoire russe).

Le parc de la Laure Alexandre Nevski (un monastère dédié à ce héros de l’Histoire russe).

La question du logement m’a aussi amené à me promener dans un quartier des plus exotiques. A douze bons kilomètres du centre, aux limites administratives de la ville, Saint-Pétersbourg prend un tout autre visage. Certains vous diront qu’il s’agit là de la « vraie Russie. » Ils auront probablement raison, et le taux d’alcoolémie du pays s’expliquera tout de suite plus facilement. Vraiment, les quartiers soviétiques, c’est quelque chose. Un autre monde, je dirais. Un monde pas vraiment fun. Sur le coup, j’étais suffisamment soufflé et déprimé par la perspective d’y vivre que je n’ai pas pensé à prendre de photos pour illustrer mon propos, il faudra donc vous contenter de mon témoignage. Evidemment, les appartements y sont probablement plus neufs et moins onéreux que dans le centre. Toutefois, vu la situation et la durée limitée de mon séjour, j’ai préféré tenter le coup via un autre canal (pour éviter d’avoir à m’y jeter, dans le canal).

L'arche sur la place des Palais, en face de l'Ermitage. C'est grand.

L’arche sur la place des Palais, en face de l’Ermitage. C’est grand.

Les cours de russe sont finis depuis une semaine, j’ai maintenant un beau diplôme en cyrillique y attestant ma présence, et l’occasion de pratiquer ce que j’ai appris vu que j’habite avec un Russe (et un Suédois, je crois, car il n’est pas encore rentré de vacances). En parlant de vacances : demain, en Russie, c’est Pâques. C’est très important, ici. C’était aussi la fête du travail le premier mai. Du coup, j’ai commencé mon stage lundi mais je n’y ai bossé que deux jours (la plupart des entreprises ont fait le pont jusqu’au weekend). Et la semaine prochaine, rebelote : le 9 mai, fête de la victoire de « La grande guerre patriotique » (la seconde guerre mondiale, en somme), et congé le 10 mai dans foulée. Hier, mon après-midi étant libre, je me suis dit que j’allais faire quelque chose d’utile : aller au musée. Et pas n’importe lequel : l’Ermitage, immense complexe où vécurent les tsars depuis la construction de la ville sous Pierre-le-Grand. J’y suis arrivé vers 14h30, ai constaté la file gigantesque et (à ma grande surprise) ai décidé de rester. Après deux bonnes heures de patience, j’ai enfin pu me balader à l’intérieur. Bon, bien sûr, après ça, ma motivation à me concentrer sur les œuvres diverses s’était quelque peu émoussée, mais la visite vaut évidemment le coup. Et puis, si vous avez une carte étudiant (ce qui est mon cas, ayant passé trois semaines à l’unif), c’est tout simplement gratuit, et ça c’est cool car il faut bien plus d’une visite pour en faire le tour.

Je trouvais l'image sympa.

Je trouvais l’image sympa.

Sinon, la vie dans un pays tel que la Russie réserve aussi son lot de surprises et d’absurdités. C’est la nuit, le dernier bus n’arrive pas et il semble qu’il ne se pointera jamais ? Il reste la solution du stop payant. Un retour à l’auberge avec un vieux Saint-Pétersbourgeois fan de disco-funk, c’était plutôt rigolo (et moins cher qu’en vrai taxi). A la recherche d’une petite librairie conseillée par un guide, nous sommes tombés par hasard sur un petit cinéma indépendant des plus sympathiques, qui passe toutes sortes de films selon le thème de la journée, et où le thé est inclus dans le prix de l’entrée. Le genre d’endroit difficile à trouver autrement que par hasard ou sur conseil. Il semble d’ailleurs que, dans cette ville, beaucoup de perles se cachent derrière des façades pourries ou des cours dégueulasses. Saint-Pétersbourg ne se laisse pas dompter facilement, c’est un constat qu’il ne faut pas longtemps pour poser.

Voilà, c’était un résumé non exhaustif de ces dernières semaines. Bon weekend !

Mais qui voilà ?

Mais qui voilà ?

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Ce contenu a été publié dans Carnet de vieilleries, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Joyeuses Pâques !

  1. Janine dit :

    You’ve captured this peyrfctle. Thanks for taking the time!

  2. I’d give my left pinky toe to have you be at BlogHer as well! Maybe next year, right?Sorry that the hubs doesn’t understand the need to relax and read blogs. My husband can sometimes irritate me when he’s home as well, although it’s usually because he’s not doing anything, instead of doing too much!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *