Wibbly Wobbly Bang Bang

LooperA la réflexion, je ne sais pas vraiment à quoi je m’attendais au moment de visionner Looper. Rien de précis, juste quelques éléments épars : du voyage dans le temps et Bruce Willis, principalement. Le fait est que le résultat m’a surpris sans m’enchanter.

L’histoire ? Joe est un « looper » : il envoie ad patres des gens que la mafia lui expédie d’un futur proche, où le voyage dans le temps a été inventé mais est frappé du sceau de l’illégalité. Pourquoi pas. J’imagine qu’on peut trouver plein de raisons de trouver cette méthode stupide, mais passons. Ça se complique lorsqu’un looper du futur se fait remercier (c’est probablement encore la crise dans le futur) : la mafia, assez peu psychologue, ne trouve rien de mieux à faire que de l’envoyer dans son passé se faire abattre par la jeune version de lui-même. Le jeune looper sait alors qu’il lui reste trente ans à vivre, et un sacré pactole à dépenser en attendant le moment fatal. Sauf que le vieux Joe (joué par Bruce Willis) n’a plus trop envie de retourner se faire plomber par le jeune Joe (joué par Joseph Gordon Levitt), alors il se rebelle et file quand même dans le passé pour tenter éliminer le futur boss de la mafia, qui a détruit sa vie, en s’arrangeant pour ne pas se faire abattre.

Un steak. Des frites. Le futur.

Un steak. Des frites. Le futur.

On se retrouve au final avec une course poursuite entre un vieux Joe psychopathe qui veut tuer des enfants (vous comprenez, ils sont peut-être le futur boss de la mafia) et un jeune qui veut continuer à abattre des envoyés du futur sans se poser de questions. Pour le coup, je salue quand même l’absence complète de moralité de la chose, c’est rafraichissant. S’ensuit alors une rencontre du jeune Joe avec une jeune mère de famille et son gosse super malsain. Ah, et il est aussi vaguement question de télékinésie (pour le fun ?). En gros, Looper recèle quelques bonnes surprises et n’est pas désagréable, quoique parfois ennuyeux, mais reste quand même un peu creux. Quant au traitement du paradoxe temporel, il me laisse perplexe.

Ceci n'a qu'un très vague rapport.

Ceci n’a qu’un très vague rapport.

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Ce contenu a été publié dans Films, séries et jeux-vidéo, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *