Malaise en Malaisie

Ce troisième tome d’Orbital nous ramène sur Terre, et plus précisément à Kuala Lumpur où une importante cérémonie doit avoir lieu. En effet, sous l’égide de l’ODI (Office Diplomatique   Intermondial), une délégation de Sandjarrs (espèce quasiment exterminée par les terriens lors d’une guerre meurtrière) s’apprête à participer à l’inauguration d’un monument censé symboliser la réconciliation entre les deux espèces. L’instant est donc solennel.

L’organisation de l’événement est toutefois perturbée par divers incidents qui surviennent en mer alors que, parallèlement, un groupe de nomades extra-terrestres s’installe dans la région. Pour Caleb et Mézoké, il s’agit donc de gérer à la fois la cérémonie et les mystérieux incidents, tandis que la presse et les pêcheurs locaux s’agitent. Quant aux nomades, ils clament le pacifisme de leurs intentions mais la population, elle, ne l’entend pas de cette oreille. Enfin, si Caleb fait preuve d’un optimisme à toute épreuve, Mézoké s’avère plutôt taciturne. Bref, ce troisième album est une nouvelle fois l’occasion pour la série de mettre en avant des enjeux éminemment actuels et de les transposer dans un futur de science-fiction particulièrement bien ficelé.

On est loin des ambiances crasseuses et violentes du dyptique précédent. Par contre, si l’atmosphère est plus feutrée, la tension n’en est pas moins palpable. Au niveau du dessin, les tons sont d’ailleurs bien plus clairs et colorés que dans ce dernier, pour un résultat qui fait plaisir aux yeux. Les cas de Caleb et Mézoké ne sont pas non plus oubliés et le lecteur a enfin la joie d’en apprendre un peu plus sur leur passé : un apport bienvenu qui donne un peu plus d’épaisseur à Orbital. Au final, Nomades contribue à rendre la série toujours plus prometteuse. Reste à voir si la suite du dyptique, Ravages, en confirme la qualité.

Pour mes chroniques des précédents tomes d’Orbital, c’est ici et .

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Ce contenu a été publié dans Bédés, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *