Méditations sur l’avenir profond

La machine à explorer le temps est, en matière de SF, ce qu’on peut appeler « un bon vieux classique ». En effet, H.G. Wells est communément considéré comme un des pères fondateurs du genre et cette histoire de voyage dans le temps constitue son tout premier roman. Je l’ai lu pour la première fois alors que je me délectais encore des magazines Okapi et Images Doc, autant dire que ça remonte, et j’en conservais encore des images assez nettes (j’avais été très impressionné) jusqu’à ce que je me décide à rafraîchir tout ça. L’idée de base du roman est simple : un scientifique enthousiaste a trouvé le moyen de voyager dans le temps au moyen d’une machine*, qu’il compte utiliser pour explorer le futur. Un soir, des amis réunis chez lui le voient passer la porte, fourbu et affamé. Après avoir englouti son repas et malgré le scepticisme bien compréhensible de ses convives, il leur raconte son périple.

Wells ne fait pas dans la dentelle : au lieu d’envoyer son explorateur dans un ou deux siècles (à partir de la fin du XIXème), il le propulse directement dans plusieurs centaines de milliers d’années, histoire d’être certain que ses arrières petits enfants ne viendront pas gâcher sa retraite en lui mettant sous le nez d’inévitables incohérences. Le bond est vertigineux et laisse donc place à l’imagination. L’explorateur débarque dans un monde a priori pacifique peuplé de petits bonshommes qu’il devine être les descendants de ses contemporains, sauf qu’ils n’ont rien d’autre à faire que de jouer, manger, et avoir peur du noir. Ca, ce sont ses premières impressions, desquelles il tirera des conclusions sur lesquelles il sera vite obligé de revenir. Ce qui est clair, c’est que la société future que nous dépeint Wells, citoyen britannique, a beau être étrange, elle trouve ses racines dans le monde qu’il connaissait et pour lequel il ne semblait pas vouer un amour profond. Suffisamment de choses ont déjà été écrites à ce sujet, mais il est assez net que Wells se sert de l’avenir qu’il imagine pour critiquer le présent qu’il perçoit (en fait, Orwell ne fait pas vraiment autre chose dans 1984, si je ne devais prendre que cet exemple). En somme, difficile d’ignorer la dimension politique du récit, clairement porté sur la condamnation de l’exploitation des travailleurs.

Enfin, ce roman pourrait être aussi imaginatif que possible, il n’aurait pas la même force s’il n’était pas bien raconté. Or, en ce qui me concerne, j’ai dévoré d’une traite les 166 pages de la traduction française. De plus, la clarté avec laquelle les descriptions se sont imposées dans mon esprit n’a pas manqué de me frapper. Evidemment, la relative simplicité de l’univers décrit y contribue, mais certains tableaux sont vraiment gravés dans ma mémoire. En conclusion, m’est avis que les générations successives n’ont pas fini de dévorer cette histoire : ce doit être ça, la vraie manière d’explorer le temps.

* L’abus d’une certaine série a empêché mon imagination malade de la concevoir autrement que sous forme de TARDIS.

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Publié dans Bouquins | Marqué avec , , | 9 commentaires

9 réponses à Méditations sur l’avenir profond

  1. Livia dit :

    That’s an inuoinegs way of thinking about it.

  2. Whoever edits and publishes these articles really knows what they’re doing.

  3. It’s a shame you don’t have a donate button! I’d without a doubt donate to this brilliant blog! I suppose for now i’ll settle for book-marking and adding your RSS feed to my Google account. I appear forward to fresh updates and will share this blog with my Facebook group. Chat soon!

  4. mate i have been watching your videos, just started guitar, and just a quick thank you, these vids are brilliant for beginners, that you can put some simple chords together and just change the rythem,cheers mate

  5. SteveK Just posted on the web is the This American Life program on Red vs Blue. It was one of the most disturbing programs I have heard on radio, both revealing deep cutthroat hatreds on both sides… Thank you Carol Wright… I’m listening to now.

  6. Hi,Could you tell me how to contact Mic Kaczmarczik?I have an amp repair service shop in Edmond andwould really like to ask him some questions.Thank you for your time.Best RegardsRon ThomasEdmond, OK

  7. http://www./ dit :

    Lucy, Fastercures has grants from Gates and RWJ to provide an analysis of non profit medical research in global and domestic disease areas to aid philanthopists in creating a « diversified » portfolio of nmedical philanthopy. Would love to talk with you about it.Greg Simon, President Fastercuresgsimon@fastercures.org

  8. Aline Gomes 07/07/2008 ResponderNão vou ficar escrevendo aqui o que acho, pois ali em cima já falaram tudo. Só posso salientar: mais uma vez palmas pra ti! Sucesso sempre querido! Abs,

  9. The Umbrella dit :

    Honestly id focus on snowboarding if its your passion but just because its only available for several monthes a year, while you can lift year

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *